On édite un portrait de l’ensemble des participants avec une règle de cadre commune à chacun. Chaque cadre est choisi en fonction du territoire avec qui nous travaillons en partenariat et en discussion avec les participants. Nous obtenons ainsi une série de portraits dans chaque lieu partenaire ou nous travaillons.D’autre part, nous réalisons des recherches aux archives sur le patrimoine de la ville, son histoire, sa construction… Ces recherches se font en collaboration avec les habitants et l’équipe de la compagnie, pour déterminer une série de lieux emblématiques. Nous réalisons ensuite dans ces lieux le portrait d’un des personnages d’OCTOPUS, l’Urbonaute.

L’Urbonaute est un astronaute en expédition terrestre comme une anomalie quantique. Ces photos vont ensuite être encollées dans l’espace urbain et former un ensemble graphique entre graphs (certaines phrases de textes) photographies, trompe l’œil et réseau de tracés noirs… Par ailleurs chacune d’entre des photos disposent d’un QR-codes. Ce paysage sonore s’est construit entre notre vocabulaire sonore et celui des participants. Equipé d’un smartphone on peut accéder à la piste son en flashant le QR-codes et l’écouter librement. L’exposition est une mise en réseau de l’ensemble de ces identités et de nos tentatives, collé sur les murs de la ville.Les portraits photographiques sont réalisés par Julien Hélie et les paysages sonores sont réalisés par l’équipe son de la compagnie.